‹—
WHIST, gestion dynamique du trafic
PEREX - pupitre et synoptique muralDès le milieu des années 90, un vaste projet visant à coordonner les actions relatives à la gestion du trafic sur le Réseau à Grand Gabarit (R.G.G.), c'est-à-dire les autoroutes et les routes principales, a été lancé en Région wallonne : WHIST (Walloon Highway Information System for Traffic). Il se fonde sur l'utilisation des outils de télématique routière, aussi appelé « systèmes intelligents de transport » et sur une permanence d'exploitation, PEREX.

La gestion du trafic et l'information à l'usager font l'objet, ces dernières années, de nombreux développements partout dans le monde, grâce à l'apparition et à la mise en œuvre de techniques nouvelles, basées sur l'électronique et sur la télématique. WHIST (Walloon Highway Information System for Traffic) désigne un projet ambitieux visant à mener à bien une politique cohérente de gestion électronique du trafic en Région wallonne.

PEREX (Permanence d'Exploitation des réseaux), le centre wallon de trafic constitue l'élément moteur du projet WHIST. Il est situé à Daussoulx (près de Namur), au cœur du réseau autoroutier, à l'intersection entre l'E411 Bruxelles - Luxembourg et l'E42 Mons - Liège. Inauguré officiellement en novembre 1999, il fonctionne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Il assure la surveillance du trafic et le fonctionnement des équipements électroniques et de télécommunications.
Recueillir des données
Panneau régulation par voie La première mission du centre Perex consiste à récolter les données venant de détecteurs électroniques installés le long du réseau et permettant de contrôler l'état de la circulation. Petit à petit, ces installations sont étendues sur les zones sensibles du réseau, choisies en fonction d'impératifs de sécurité ou de densité du trafic. La transmission des données s'effectue au travers d'un réseau de fibres optiques placé le long des autoroutes.
  • Les boucles magnétiques de comptage : dénombrent les véhicules et calculent leur vitesse. Certains dispositifs ont la capacité de fournir des données plus précises telles que le type de véhicules. Les données récoltées peuvent également être traitées en vue de la détection automatique d'incidents (DAI).
  • Les caméras : visualisent en direct les flux de trafic, effectuent des comptages par analyses d'images et procèdent automatiquement à la détection d'incidents (files, ralentissements, immobilisations sur la bande d'arrêt d'urgence, etc.).
  • Les bornes téléphoniques d'appel d'urgence (« téléstrades ») : installées par le SPW, elles permettent aux automobilistes en difficulté d'appeler les secours et de signaler accidents et autres perturbations de circulation.
  • Météoroutes : 52 stations météorologiques mesurent en permanence des paramètres liés à la route (état de la chaussée, température du revêtement, etc.).
Hormis la télématique, qui permet une surveillance permanente des endroits stratégiques du réseau, d'autres sources sont susceptibles de fournir des informations relatives à l'état du trafic.
  • Les Directions territoriales de la DGO1 : chaque Direction transmet à PEREX les informations relatives aux chantiers importants en cours ainsi qu'aux événements pouvant entraîner une gêne pour les usagers.
  • La Police fédérale : une bonne coopération entre la DGO1 et les services de police est essentielle pour l'exploitation du réseau routier wallon. Les informations recueillies par les deux partenaires doivent faire l'objet d'un échange rapide pour optimiser les actions à poser en terme de trafic.
  • Les usagers : dans le cadre de la collaboration avec la RTBF (Radio Télévision Belge de langue Française), un numéro d'appel est mis gratuitement à la disposition des usagers (0800/48 400) afin qu'ils puissent signaler rapidement les incidents de circulation.
  • Les centres d'information étrangers : le projet euro-régional CENTRICO prévoit l'intégration de PEREX dans un réseau de centres similaires couvrant la Belgique et les régions limitrophes en vue de permettre la gestion du trafic sur des corridors internationaux.
Valider, traiter, analyser
PEREX - vue aérienneToutes les données et informations sont rapatriées à PEREX, où des agents de la Direction générale opérationnelle Routes et Bâtiments suivent en continu l'évolution du trafic sur un synoptique mural composé de dizaines d'écrans de télévision. PEREX a ainsi vu l'émergence de nouvelles fonctions de contrôleurs et d'ingénieurs spécialisés en trafic et en télécommunications.

L'information est traitée et validée avant d'être intégrée dans la base de données du système d'aide à l'exploitation de PEREX, le système WHIST. Celui-ci, composé de différents modules, permet aux contrôleurs de trafic de la permanence d'avoir une vue d'ensemble de la situation sur le réseau et de suivre les différents événements qui se produisent : files, accidents, chantiers, ...; Le système leur suggère des actions à mettre en œuvre, en faisant appel aux services de terrain, en diffusant des informations et en utilisant les équipements de gestion dynamique disponibles sur le réseau.

PEREX représente la concrétisation d'investissements conséquents pour la construction et l'équipement du bâtiment ainsi que pour le développement de logiciels et de l'architecture informatique fonctionnelle.
Lancer des actions
A602 - Ans - panneau à messages variables Par le biais des équipements dynamiques, PEREX peut agir directement sur le trafic dans le cadre de plans d'actions préalablement définis avec les autres intervenants.

La liaison autoroutière ouverte au trafic en juin 2000 à Liège, qui assure la liaison entre les autoroutes E40 Bruxelles – Liège et E25 Liège – Luxembourg, constitue une belle illustration de la gestion du trafic au moyen de la signalisation variable. Celle-ci permet d'adapter la vitesse, d'indiquer les voies de circulation effectivement disponibles, de mettre en œuvre des itinéraires de déviation et d'informer les usagers en fonction des conditions réelles de circulation. Elle s'avère indispensable pour permettre la circulation de quelque 65.000 véhicules par jour (avec des pointes à plus de 75.000).

La mise en œuvre du projet WHIST implique également de renforcer les moyens des services du SPW intervenant sur le terrain (districts autoroutiers) ainsi que la collaboration avec la police fédérale, en particulier pour l'organisation des chantiers et des déviations et pour les interventions en cas d'incidents.
Echanger des données et diffuser des informations
L’échange d'informations avec la police fédérale ainsi qu&'avec les autres centres de trafic en Belgique et dans les régions limitrophes est essentiel, de même que la diffusion de messages d'information aux usagers. La radio se révélant être un média particulièrement approprié pour toucher les automobilistes au volant de leur véhicule, le SPW a conclu depuis plusieurs années un partenariat avec la RTBF-Radio. Un studio a été installé dans la salle de permanence de PEREX et c'est là qu'est réalisée toute l'information routière de la RTBF, les animateurs de la RTBF chargés du radioguidage travaillant en étroite collaboration avec les contrôleurs de trafic du SPW. Des informations sont également fournies via le site internet « Trafiroutes » : http://trafiroutes.wallonie.be/trafiroutes/Ouvrir le site «http://trafiroutes.wallonie.be/trafiroutes/» dans une nouvelle fenêtre Par ailleurs, le SPW suit de près le développement de services d'information spécifiques à valeur ajoutée utilisant des technologies telles que le RDS, la DAB ou le GSM.