Logo de la Région wallonne  
 
Autoroutes et routes de Wallonie Recherche avancée Pictogramme de la Direction générale des autoroutes et routes de Wallonie
décoration
Vous êtes ici :  Accueil > Direction générale opérationnelle Routes et Bâtiments > Les moyens financiers
stratégies techniques réalisations métiers actualités
Bibliothèque des publications Foire aux questions-réponses Liens utiles Liste des cartes Version imprimable
Pictogramme de la Direction générale opérationnelle Routes et Bâtiments Les moyens financiers
Billets de banque La majorité du budget alloué à la Direction générale opérationnelle Routes et bâtiments (DGO1) provient du budget régional wallon.
Face à l'ampleur de certains travaux, ces ressources s'avèrent parfois insuffisantes et d'autres méthodes de financement interviennent alors dans la composition budgétaire de la DGO1.

Il s’agit principalement :
  • de financements SOFICO
  • de programmes FEDER (Fonds Européen de Développement Régional)
  • d'enveloppes « Plan Marshall » dans le cadre du plan de relance de la Wallonie
  • de programmes d'intermodalité gérés en collaboration avec la DGO2
  • Etc.
Pour les années 2009 à 2013, le montant global de ces financements alternatifs est de l'ordre de 1.1 milliards d'euros TVAC.

Les budgets de l’Administration
En 2009, le budget total final de la DGO1 s’élève à 531.950.000 euros (hors financement alternatif) et se répartit de la manière suivante :
Trois grands types de dépenses composent ce budget :

  1. les investissements : construction de nouvelles infrastructures ou de nouveaux équipements (nouvelle route, carrefour giratoire, pose d’un nouvel éclairage, pose de nouveaux panneaux de signalisation, réaménagement d’une traversée d’agglomération, etc.) ;
  2. les entretiens ordinaires : ce sont les opérations de maintenance de base qui permettent de conserver aux infrastructures un niveau de qualité suffisant (réparation des nids-de-poule, marquages routiers, nettoyage du réseau, entretien des espaces verts, nettoyage des réseaux de collecte des eaux de ruissellement, déneigement, entretien préventif régulier des éléments électromécaniques, renouvellement d’ampoules, etc.) ;
  3. les entretiens extraordinaires : lorsque les dégradations sont importantes, il devient économiquement plus intéressant de renouveler ou rénover massivement une infrastructure ou un équipement que d’opérer d’incessantes opérations ponctuelles d’entretien. L’entretien extraordinaire peut notamment consister en un remplacement complet du revêtement d’une voirie sur plusieurs kilomètres, en un renouvellement d’éléments électromécaniques usés, en une démolition et reconstruction d’ouvrage d’art en fin de vie, etc.
  Mentions légales - Vie privée - Médiateur - Accessibilité Haut de la page