‹— Campagne "Wallonie propreté"
Face à l’aspect sale et négligé que présente trop souvent notre réseau routier et autoroutier à certains endroits, la Région wallonne a décidé de réagir énergiquement. Des moyens exceptionnels ont été mis en oeuvre pour assurer la propreté du réseau, de manière structurelle et à long terme.

Image : «visuel campagne d’affichage» (74K) dans une nouvelle fenêtre

Parmi les missions d’entretien qui incombent au Ministère de l’Equipement et des Transports, l’évacuation des déchets abandonnés le long des autoroutes et des routes mobilisent des moyens toujours plus importants. Au coût du ramassage proprement dit vient s’ajouter celui de l’élimination, le MET n’étant plus exonéré des taxes de mise en décharge. Un budget de plus de 5.000.000 d’euros est réservé annuellement pour venir à bout des quantités impressionnantes d’immondices que les services de la Direction générale des Autoroutes et des Routes doivent évacuer.

La vidange des poubelles équipant le réseau, en particulier celles situées sur les aires de repos autoroutières, fait bien sûr pleinement partie du service offert aux usagers qui s’arrêtent sur le réseau. Toutefois, il convient de pointer du doigt l’utilisation abusive des poubelles pour se débarrasser d’autres déchets, sans compter les dépôts effectués autour de celles-ci. Il s’agit du poste le plus important avec 4.626 tonnes récoltées en 2006.

Mais d’autres déchets sont abandonnés de manière plus sauvage et plus dispersée.

Image : «Affiche

Le geste de l’usager, appelé « littering », consiste à jeter par la fenêtre de son véhicule l’emballage du produit consommé à bord (cannettes, bouteilles en plastique, paquets de cigarettes,…).

Certains ménages vont même jusqu’à se débarrasser de cette manière de leurs déchets courants : un petit sac en matière plastique contenant les détritus générés la veille.

Image : «n639-déchets-800x600.jpg» (205K) dans une nouvelle fenêtre


Des dépôts déplorables de toutes espèces (déchets de construction, vêtements usagés, encombrants, déchets provenant d’une activité commerciale,…) et d’importance variable sont aussi répertoriés. Certains déchets proviennent de pertes de chargement, souvent imputables à une négligence coupable (ex. défaut de filet de protection). Au total, ces déchets représentent quelque 2.527 tonnes.


Image : «2homramass1véh.jpg» (95K) dans une nouvelle fenêtre
A ces postes, il faut encore ajouter des déchets faisant l’objet d’une élimination spécifique, tels que les pneus (194 tonnes en 2006) ou les batteries (1.760 kg en 2006) ainsi que l’enlèvement des publicités non-autorisées (30.930 pièces en 2006).

Action, sensibilisation, répression
Depuis plusieurs années des moyens considérables sont mis en œuvre pour la propreté des autoroutes et des routes.

Le nettoyage, tout d’abord. Il s’effectue à l’initiative des districts routiers et autoroutiers de la Direction générale des Autoroutes et des Routes, que ce soit par leurs agents ou par des entreprises privées.

Image : «Véhicule-PF-800x600.jpg» (121K) dans une nouvelle fenêtre



Côté répression, un décret wallon du 27 janvier 1998 a institué une police de la conservation du domaine routier régional, communément appelée « Police domaniale ». Il s’agit d’une police aux compétences spéciales et limitées. Les agents sont des gardes-routes, spécialement formés, dont le travail consiste à relever toute anomalie relative à la voirie et qui sont habilités à verbaliser les infractions qu’ils constatent.

Enfin, différentes actions de sensibilisation des usagers sont menées, en particulier des campagnes d’affichage.

Face à la croissance continuelle des quantités de déchets récoltées, ces mesures ont réussi à stabiliser quelque peu le phénomène sans toutefois parvenir à l’enrayer.

Des moyens exceptionnels pour des routes vraiment propres
Afin de rendre aux autoroutes et aux routes de la Région wallonne un aspect vraiment propre et un caractère accueillant, des mesures exceptionnelles ont été décidées et se traduisent de manière concrète sur le terrain.

Image : «3homramass.jpg» (67K) dans une nouvelle fenêtre

Pour 2007, les moyens budgétaires pour le nettoyage du réseau routier ont été triplés pour atteindre 16.500.000 euros. Ceci représente un effort considérable, compte tenu des nombreux autres besoins en matière d’entretien routier.

En outre, 168 agents contractuels (Programme de Transition Professionnel)ont été engagés et sont affectés exclusivement à la propreté afin de renforcer les moyens humains des districts.

Image : «chantierPROPmobile.jpg» (91K) dans une nouvelle fenêtre

Du matériel roulant spécifique (brosses aspirantes, blayeuses,...) a également été acquis et attribué aux services les plus confrontés à la multiplication des dépôts sauvages.

La lutte pour la propreté passe aussi par un renforcement des moyens de la Police domaniale, avec, entre autres, la mise en place d’une équipe permanente de 10 policiers et la création d’amendes administratives pouvant être infligées directement aux contrevenants.

Et avant tout, bien entendu, il ne faut pas oublier le rôle que chacun de nous doit jouer en tant qu’usager du réseau routier. En s’abstenant d’abandonner quel que déchet que ce soit mais aussi en signalant les endroits nécessitant une intervention à l’adresse électronique spécialement dédicacée à la propreté : nosroutespropres@met.wallonie.be

Image : «homchantmob.jpg» (74K) dans une nouvelle fenêtre



Du 14 au 18 janvier 2008 a eu lieu sur l’E42, la dorsale wallonne, la première action coordonnée "Wallonie propreté", comportant des chantiers mobiles de nettoyage, élagage, ramassage de déchets, enlèvement de tags sur les ouvrages d’art,... Cette action a mis en oeuvre les importants moyens en personnel et en équipement récemment mis à disposition des districts pour cet objectif.

Dernière mise à jour : 20-03-2008

Précédent stratégies Suivant Précédent techniques Suivant Précédent réalisations Suivant Précédent métiers Suivant Précédent actualités Suivant