Logo de la Région wallonne  
 
Autoroutes et routes de Wallonie Recherche avancée Pictogramme de la Direction générale des autoroutes et routes de Wallonie
décoration
Vous êtes ici :  Accueil > Les techniques > Sécurité des piétons dans les carrefours à feux
stratégies techniques réalisations métiers actualités
Bibliothèque des publications Foire aux questions-réponses Liens utiles Liste des cartes Version imprimable Sécurité des piétons dans les carrefours à feux
Une expérience pilote menée à Jambes pour sécuriser les traversées piétonnes
La gestion des carrefours à feux est un domaine en pleine évolution. L’utilisation de ces dispositifs, de préférence à d’autres tels que par exemple les carrefours giratoires, répond à un souci de gestion de la mobilité. Dans ces carrefours, le gestionnaire de la voirie va pouvoir octroyer un temps de passage aux différents flux de trafic et aux différentes catégories d’usagers. Ce temps de passage va même pouvoir être modulé en fonction de la demande ou selon les moments de la journée ou encore, pour accorder la priorité à certains véhicules, comme les transports en commun.


Image : «PH--feu-vert.jpg» (112K) dans une nouvelle fenêtre

Dans les carrefours à feux, les piétons se voient octroyé un temps de passage spécifique pour effectuer leur traversée. Celui-ci est défini dans le Code du gestionnaire de voirie et est calculé sur une vitesse de référence de 1,20 m par seconde (ce qui représente 4,32 km/h, soit l’allure normale moyenne d’un piéton). Concrètement, cela signifie que le temps minimum dont disposera un piéton pour traverser une chaussée d’une largeur de 6 mètres est de 5 secondes. A noter qu’un piéton plus lent reste dans son droit et lorsque ces piétons plus lents sont nombreux (abords d’une maison de retraite, par exemple), une vitesse moins élevée peut être prise en considération.


Image : «PH--feux-rouges.jpg» (94K) dans une nouvelle fenêtre


Que se passe-t-il si le piéton n’a pas achevé sa traversée durant le délai qui lui est imparti ? Le feu piéton va passer au rouge, mais les voitures arrêtées devant le passage n’obtiendront pas immédiatement le feu vert. En effet, un temps de dégagement est prévu. Il doit permettre à tous les piétons qui ont entamé la traversée de pouvoir achever celle-ci.


Image : «Voiture.jpg» (110K) dans une nouvelle fenêtre


Malheureusement, de nombreux usagers ignorent l’existence de ce temps de dégagement. Dès lors, les piétons trouvent parfois le temps de vert qui leur est accordé trop court. Et les automobilistes venant du carrefour, qui s’engagent sur la chaussée traversée ne comprennent pas la présence de piétons sur le passage quand le feu est rouge.

Image : «Interview.jpg» (98K) dans une nouvelle fenêtre


Pour éviter les malentendus et partant les risques d’accident provoqués par ces situations, une expérience pilote a été menée à Jambes, avenue Gouverneur Bovesse durant le mois d’octobre 2007, à l’initiative du Ministère de l’Equipement et des Transports de la Région wallonne en collaboration avec la cellule mobilité de la Ville de Namur et l’Institut belge pour la Sécurité routière.

L’objectif était de tester une méthode de matérialisation du temps de dégagement. Le principe retenu, inspiré d’un exemple américain, consiste à créer une phase intermédiaire dans le cycle du feu piéton : entre la phase verte et la phase rouge, une phase rouge clignotante indique que le commencement d’une traversée est interdit mais que le temps de traversée n’est pas encore complètement expiré. Des questionnaires ont été préparés à destination des piétons mais aussi des automobilistes afin de connaître la manière dont les usagers perçoivent ce nouveau dispositif. Des expériences de ce type vont être entreprises dans d’autres villes de Wallonie et pourront à terme permettre de faire évoluer le Code de la Route.

Dernière mise à jour : 17-03-2009

Précédent stratégies Suivant Précédent techniques Suivant Précédent réalisations Suivant Précédent métiers Suivant Précédent actualités Suivant
  Mentions légales - Vie privée - Médiateur - Accessibilité Haut de la page