Logo de la Région wallonne  
 
Autoroutes et routes de Wallonie Recherche avancée Pictogramme de la Direction générale des autoroutes et routes de Wallonie
décoration
Vous êtes ici :  Accueil > Les Fiches > A moto sur les routes de Wallonie
stratégies techniques réalisations métiers actualités
Bibliothèque des publications Foire aux questions-réponses Liens utiles Liste des cartes Version imprimable A moto sur les routes de Wallonie
Une meilleure prise en compte de la spécificité des deux-roues motorisés

Image : «05_00560 moto (5) r.jpg» (130K) dans une nouvelle fenêtre
Ces dernières années, la moto fait de plus en plus d’adeptes, qui apprécient les charmes nombreux et variés de ce mode de déplacement. Le ministère de l’Equipement et des Transports (MET) de la Région wallonne se veut à l’écoute des usagers motocyclistes, qui ont des attentes spécifiques en matière d’infrastructures pour vivre leur passion dans les meilleures conditions de sécurité.


Mal connue ou mal perçue


Image : «05_00529 moto (2).jpg» (110K) dans une nouvelle fenêtre
La moto présente nombre d’atouts en matière de mobilité et s’impose dans bien des cas comme une véritable alternative à la voiture. Non seulement, elle permet d’éviter les embouteillages mais en plus, elle n’en crée pas. Elle provoque une usure moindre des voiries et n’est pas trop gourmande d’espace public. Comme elle n’est pas prisonnière des files et qu’elle se gare facilement, son moteur tourne moins longtemps et émet donc moins de gaz d’échappement. De plus, suite à l’entrée en vigueur de nouvelles normes européennes, les dispositions qui sont applicables aux émissions produites par les nouvelles machines vendues sont comparables à celles en vigueur pour les voitures.

Toutefois, il faut bien reconnaître que la moto est souvent associée à la notion de danger. Certes, les motocyclistes ne bénéficient pas de la protection d’une carrosserie, et les accidents dans lesquels ils sont impliqués ont généralement des conséquences plus graves. Ce qui justifie l’importance d’un équipement adapté, mais aussi d’infrastructures de bonne qualité. Faut-il pour autant présenter le motard comme le mauvais élève de la sécurité routière ? En regardant les chiffres, on s’aperçoit que, si le nombre d’accidents de moto ne diminue pas, le nombre de motos en circulation en Belgique connaît, par contre, une constante augmentation, puisqu’il a doublé entre 1991 et 2001 et qu’il continue de croître.


Une approche constructive basée sur le dialogue

Depuis plusieurs années, les motocyclistes regroupés au sein d’associations s’efforcent de mettre en place un dialogue constructif avec les différents niveaux de pouvoir, en vue de promouvoir la pratique de la moto. Ils se sont ainsi adressés au Ministère de l’Equipement et des Transports pour obtenir la réalisation de différents aménagements sur les voiries régionales. Ils estiment que lors des inspections du réseau routier, l’attention des agents de la Région wallonne n’est pas toujours attirée par les difficultés spécifiques qui se posent aux motocyclistes et par les dangers qu’ils peuvent courir.

C’est pourquoi, afin de mieux prendre en compte les différentes remarques formulées par les motocyclistes, une procédure originale a été mise au point. Tout problème constaté par un motard est d’abord signalé à sa fédération, qui effectue des vérifications préliminaires. Une fois le problème bien identifié, il est transmis aux services du MET, qui peuvent désormais compter sur l’expérience d’agents sensibilisés à la problématique. En effet, chacune des sept Directions territoriales des Routes – les services décentralisés du MET en charge du réseau routier - a désigné, en son sein, un Monsieur Moto ou une Madame Moto. Son rôle est de rassembler les demandes émanant des motocyclistes et de tenter d’y apporter une solution mais aussi d’examiner les projets à réaliser sous l’angle de la sécurité des deux-roues motorisés.


Les dangers qui guettent les motocyclistes


Image : «05_00535 aménagements à Floreffe (N90).jpg» (64K) dans une nouvelle fenêtre
Un des premiers soucis des motards est la qualité des revêtements. Les nids-de-poule, les affaissements de la chaussée et les fissures longitudinales peuvent faire dévier la roue de leur moto. Il est alors difficile de la diriger, et le pilote peut en perdre le contrôle. Assez paradoxalement, le danger peut aussi résulter d’aménagements qui visent la sécurité, mais qui ne tiennent malheureusement pas compte des préoccupations de toutes les catégories d’usagers. Ainsi, des dispositifs ralentisseurs peuvent déstabiliser le motard en raison d’une dénivellation importante. De même, les revêtements recouverts d’une peinture colorée deviennent très glissants en cas de pluie. Certaines bordures basses peintes en blanc peuvent se confondre avec du marquage et constituer un obstacle inattendu.


Image : «05_00568 aménagements à Jambes (N947).jpg» (123K) dans une nouvelle fenêtre
Enfin, il y a tous les éléments que le motard risque de percuter en cas de chute. Dans le cadre de la création d’un giratoire ou de la réalisation d’autres aménagements, certains choix peuvent amener plus de sécurité, sans pour autant s’avérer plus onéreux : ronds-points et îlots équipés de bordures chanfreinées et d’une hauteur limitée ; absence d’obstacles en dur sur les terre-pleins centraux ; limitation du nombre de panneaux et de poteaux. Il est clair qu’en ville, le motard va rencontrer des bordures de trottoir classiques. Ce n’est pas un problème en milieu urbain à basse vitesse. L’objectif est bien d’éliminer les situations dangereuses ou inattendues.


Image : «rail francorchamps 2.jpg» (22K) dans une nouvelle fenêtre
Une autre demande spécifique concerne les glissières de sécurité métalliques, placées le long des routes et des autoroutes. La finalité de ces équipements est de maintenir les usagers sur la chaussée et de les protéger d’un obstacle extérieur. Malheureusement, en cas d’accident, le motard risque de passer sous le rail et de rencontrer soit un des poteaux de soutien, soit l’obstacle à l’arrière. Dès lors, le souhait formulé est de favoriser le placement de bermes en béton dans les lignes droites et d’adapter les glissières métalliques dans les courbes, par l’installation d’une lisse plate sous le rail.


Des actions de promotion et de sensibilisation


Image : «campagne d’affichage IBSR» (8K) dans une nouvelle fenêtre
Au-delà des aménagements, le Ministère de l’Equipement et des Transports (MET) d’autres actions en faveur de l’usage de la moto pour une meilleure mobilité. Il s’est associé à la campagne de sécurité menée en avril dernier, qui insistait sur les bons réflexes que doivent acquérir les automobilistes face aux motards. En effet, en cas d’accident, la réaction est souvent la même : « Je ne l’avais pas vu ! » D’où le conseil très pratique : « Ne perdez pas les motards de vue. » Par ailleurs, le MET a participé à l’élaboration de la brochure « Pour une prise en compte des motards dans l’infrastructure ». Il apporte aussi un soutien financier à des actions de formation dans les écoles et veille à la sensibilisation des municipalités aux spécificités de ce mode de déplacement.

Dernière mise à jour : 08-08-2007

Précédent stratégies Suivant Précédent techniques Suivant Précédent réalisations Suivant Précédent métiers Suivant Précédent actualités Suivant
  Mentions légales - Vie privée - Médiateur - Accessibilité Haut de la page