Logo de la Région wallonne  
 
Autoroutes et routes de Wallonie Recherche avancée Pictogramme de la Direction générale des autoroutes et routes de Wallonie
décoration
Vous êtes ici :  Accueil > Les stratégies > Coins de Wallonie à découvrir au détour de l’autoroute
stratégies techniques réalisations métiers actualités
Bibliothèque des publications Foire aux questions-réponses Liens utiles Liste des cartes Version imprimable Coins de Wallonie à découvrir au détour de l’autoroute
Renouvellement de la signalisation d’animation culturelle et touristique

Les finalités de la signalisation d’animation culturelle et touristique sur autoroute sont multiples. Sa vocation première est certainement de lutter contre les effets néfastes engendrés par la monotonie de l’univers autoroutier. Elle donne aux usagers des points de repère lui permettant de se situer dans l’espace géographique traversé et de maintenir son esprit en éveil. Par ailleurs, elle constitue incontestablement un moyen de valoriser les atouts d’une région auprès des nombreux automobilistes étrangers qui la traversent. Mais elle peut également permettre à ses habitants de la redécouvrir et pourquoi pas suggérer à l’occasion une petite escapade. En Région wallonne, les autorités publiques et les opérateurs touristiques sont conscients de cet enjeu et entendent plus que jamais promouvoir une image de marque attractive.

Toutefois, qu’on ne s’y trompe pas ! La signalisation d’animation en Wallonie se situe en marge de la signalisation routière et s’apparente davantage à la signalétique. Loin de remplir une fonction d’indication, elle suggère, fugitivement, le détour, l’imprévu et fait appel au souvenir ou à l’imaginaire. Les panneaux d’animation offrent une vision d’ensemble. Vouloir y recourir pour pallier les carences éventuelles de la signalisation directionnelle constituerait une erreur. Ils sont situés sur l’accotement, à droite de la chaussée. Sur un même axe et dans un même sens, ils sont séparés d’une dizaine de kilomètres au minimum.


Moderniser les panneaux pour les rendre plus attrayants

En Belgique, la plupart des panneaux autoroutiers d’animation culturelle et touristique ont été installés dans le courant des années quatre-vingt. Ils se caractérisent par un fond marron et un graphisme bicolore assez simple. Les modes de communication ayant considérablement évolué ces dernières années, une modernisation s’imposait en vue de les rendre plus attrayants. Les objectifs poursuivis sont d’une part, l’amélioration de la qualité artistique et d’autre part, un choix judicieux des thèmes. Sans perdre de vue la convention de Vienne, qui donne à la couleur brune une valeur significative, lorsqu’on souhaite adresser à l’usager de la route un message à caractère touristique, les visuels des panneaux seront réalisés en quadrichromie. La technique du dessin est abandonnée au profit de la photographie numérisée. L’impression est réalisée sur film rétro-réfléchissant. Un texte concis (huit mots maximum) est associé à l’image. Les caractères de couleur blanche se détache sur le fond brun, qui doit rester visible sur au moins 10 % du panneau.

Image : «01 La hulpe.jpg» (77K) dans une nouvelle fenêtre
Une attention particulière est également accordée au choix des contenus. Dans cette entreprise, le Commissariat général au Tourisme (CGT) de la Région wallonne joue un rôle de médiateur auprès des responsables communaux et des maisons locales du tourisme, dont tous les souhaits ne peuvent être pris en compte. De la même manière que l’autoroute s’inscrit dans la vie économique et touristique d’une région, les panneaux autoroutiers d’animation culturelle et touristique représentent une petite part de la stratégie plus globale visant à développer la signalétique touristique. En Région wallonne, la méthode consiste à travailler sur quatre niveaux hiérarchisés, à savoir la Wallonie dans son ensemble, les provinces, les zones touristiques d’accueil et enfin les sites particuliers. On peut légitimement penser que cette hiérarchie coïncide avec les différents réseaux routiers : le jalonnement doit se faire depuis les grands axes jusqu’à la destination finale. Les outils diffèrent selon le réseau. Ils respectent une législation ou des recommandations définies en tenant compte des vitesses autorisées et du type d’environnement rencontré au long du parcours.


Une mise en place par étapes

Fin 2004, 48 nouveaux panneaux ont été installés le long de l’autoroute A4 (E411) Bruxelles – Luxembourg. Conçus par le bureau de design industriel INOV, ils se caractérisent par leur format panoramique. Celui-ci met en évidence les photographies en quadrichromie réalisées par Patrice Gaillet et Etienne Bernard. Plutôt que de renvoyer à des sites en particulier, l’option d’une approche poétique pour faire ressentir une couleur locale et inviter à la découverte a été privilégiée, au travers des textes écrits par Julos Beaucarne, chanteur et poète wallon.

En janvier 2004 déjà, 17 panneaux avaient été installés sur le nouveau tronçon de l’autoroute A8 (E429) Bruxelles – Tournai - Lille. Dans les prochains mois, ce sont les panneaux des autoroutes A3 (E40) Bruxelles – Aachen, A26 (E25) Liège – Neufchâteau et A27 (E42) Verviers – Trier, qui seront renouvelés. Soit quelque 31 panneaux supplémentaires.

Autant d’investissements qui ne manqueront pas de mettre en évidence les charmes d’une Région située au cœur de l’Europe et traversée par d’importants flux de circulation internationaux.

Dernière mise à jour : 11-04-2006

Précédent stratégies Suivant Précédent techniques Suivant Précédent réalisations Suivant Précédent métiers Suivant Précédent actualités Suivant
  Mentions légales - Vie privée - Médiateur - Accessibilité Haut de la page