Logo de la Région wallonne  
 
Autoroutes et routes de Wallonie Recherche avancée Pictogramme de la Direction générale des autoroutes et routes de Wallonie
décoration
Vous êtes ici :  Accueil > Les stratégies > Tunnels : redoublez de prudence !
stratégies techniques réalisations métiers actualités
Bibliothèque des publications Foire aux questions-réponses Liens utiles Liste des cartes Version imprimable Tunnels : redoublez de prudence !
La sécurité dans les tunnels routiers

Image : «Affiche - Fr.jpg» (177K) dans une nouvelle fenêtre

Depuis toujours, la sécurité dans les tunnels est une préoccupation majeure des gestionnaires d’infrastructures. Les accidents dramatiques survenus dans les tunnels du Mont-Blanc, du Saint-Gothard ou du Fréjus ont également largement contribué à sensibiliser les usagers.

En tunnel, le danger vient du confinement de l’espace qui complique l’intervention des services de secours et surtout qui permet difficilement aux autres usagers d’éviter un incident en cours ou d’échapper à ses conséquences.

Des règles à respecter
Pour éviter la survenance de situations critiques, il convient avant tout d’observer quelques règles de prudence élémentaires telles que :

Image : «Sign-exttunnel.jpg» (80K) dans une nouvelle fenêtre
  • respecter les règles de circulation : limitation de vitesse, affectation des voies, interdiction de dépasser, respect de la distance entre les véhicules,…
  • éviter les comportements intempestifs : arrêts non justifiés et non urgents, manœuvres dangereuses, demi-tours, marches-arrières,…


De bons réflexes consistent aussi à rester à l’écoute des "informations trafic" diffusées par la radio, à allumer ses phares et à être conscient qu’en tunnel, toute imprudence peut prendre une ampleur extrême.

En cas d’incident…
Si, malgré tout, un incident se produit, des équipements et des aménagements sont mis à disposition afin d’aider les usagers en difficultés : zones d’arrêt d’urgence, niches d’appel et niches de secours.

Image : «Aides.jpg» (90K) dans une nouvelle fenêtre

L’usager en difficulté tâchera de garer son véhicule. Il appelera de l’aide et se tiendra à proximité de son véhicule à l’écart du trafic.

Les autres usagers s’efforceront d’éviter l’obstacle. Si le trafic est à l’arrêt ou perturbé, ils suivront les indications données par la signalisation. Ils feront preuve de calme et de sang-froid et veilleront spécialement à ne pas entraver l’intervention des secours, en facilitant le passage par exemple.

En cas d’incendie
Pour l’usager qui constate que son véhicule est en feu, la bonne réaction consiste à ne pas s’engager dans le tunnel. S’il s’y trouve déjà, il essayera d’en sortir le plus vite possible. Sinon, il devra abandonner son véhicule, en essayant néanmoins de le ranger préalablement sur le côté.

Image : «Rec-fumée-Kinkempois.jpg» (105K) dans une nouvelle fenêtre


En cas de dégagement de fumée important et d’arrêt du trafic, les usagers ne devront pas hésiter à abandonner leur véhicule après l’avoir préalablement rangé sur les côté de la chaussée, afin de ne pas bloquer les véhicules des pompiers. Ils se dirigeront ensuite, sans tarder, vers les issues de secours.

L’exemple du tunnel de Cointe

Image : «Circdense-intérieurtunnel.jpg» (90K) dans une nouvelle fenêtre


Le réseau autoroutier wallon compte plusieurs tunnels. Les plus importants et les plus connus sont les ouvrages d’art de l’autoroute A602 (E25) dans la traversée de Liège. Spécialement le tunnel de Cointe qui, à l’issue d’une enquête menée par les clubs automobiles en 2002, a été reconnu comme le plus sûr d’Europe, ex-aequo avec le Tunnel du Mont-Blanc réaménagé. Ces tunnels disposent de nombreux équipements et font l’objet d’une surveillance permanente sur site.


Depuis l’ouverture de ces ouvrages mi-2000, aucun accident mortel n’y a été déploré, en dépit d’une densité de trafic très élevée : plus de 65.000 véhicules par jour sur une section autoroutière à 2 X 2 voies. Par contre, un nombre important d’incidents sont détectés tous les jours. Qu’il s’agisse d’un véhicule en panne (> 1/jour), d’un piéton sur la chaussée, d’une perte de chargement, d’un usager à contre-sens ou de la formation de files, tous les incidents sont pris en charge de façon à éviter l’accident et la mise en danger des autres usagers.

A titre d’exemple, les chiffres suivants peuvent être donnés sur base des statistiques des dernières années :
  • 1,1 panne par jour ;
  • 2,8 accidents par semaine ;
  • 4 contresens par an ;
  • 3 scénarios d’intervention majeurs, impliquant la femeture des deux chaussées (généralement déployés pour cause d’incendie)par an.

Dernière mise à jour : 03-03-2008

Précédent stratégies Suivant Précédent techniques Suivant Précédent réalisations Suivant Précédent métiers Suivant Précédent actualités Suivant
  Mentions légales - Vie privée - Médiateur - Accessibilité Haut de la page